LE POÈTE BASQUE (1669)

 

 

SCÈNE IV.

 

LE POÈTE, BIDACHE, GODENESCHE, LE BARON.

 

LE POÈTE: Bidache, ago quibelean.

BIDACHE: Non bestituco naïs.

LE POÈTE: Choco batean carsadi.

BIDACHE: Ah arrata besala nouté, eta estaqui equitécoua.

GODENESCHE: Broutala, da bortalçaina.

LE POÈTE: Erran dereau cerbait gauça.

GODENESCHE: Eleina emenderaut biga edo hirour on soufflet. Eta sonbait ostico.

LE BARON: Comment! Ils parlent Vasque! Ah le plaisant Autheur!

S'ils ne parlent François je suis leur serbiteur.

LE POÈTE: Il vouloit m'insulter.

LE BARON: Ah? j'entends.

LE POÈTE: Et sans cause?

GODENESCHE: C'est un brutal Portier.

LE POÈTE: T'a-t'il dit quelque chose?

GODENESCHE: Non, mais m'a donné deux ou trois bons soufflets.

Et quelques coups de pieds…

 

 

 

 

Non: Raymond Poisson, Le poète basque.
Bertsio honen iturria: Ricardo Gómez, 1990, "Euskal testu ahantzi bat frantses komedia batean". ASJU XXIII:1.301-305. or.



Atzera